UNDER_WORDS

À PROPOS

CONTACT

Voir toutPoésieNouvellesJournal


Ma chère tutrice

Prudemment au pas levé
La porte s’entrouvre délicatement
J’y vois passer la tête
De ma chère connaissance

Ouï-dire

Dans l’entrebaillement
Elle me passe l’info du jour :
C’est M. Dudessu qui vous attend en bas
À l’entrée
Il dit que vous avez affaire

C’est elle
À l’heure pointée
Sans jamais une flexion
Qui assure mes rendez-vous

Elle place les événements
En marge de mon agenda
et frappe allègrement à ma porte
Sans même lui demander

Présente
Avec les faits de la journée
Servi sur un plateau de minerais

Il est l’heure de manger !
me somme-t-elle

Une chance que vous êtes là
pour remplir ma panse
Chère gardienne Ouï-dire
Avec vous la faim n’existe pas
Le vide est du passé

La présence de votre parole est certes maternelle
donnée comme le sein au nouveau-né
Sans vous je ne saurai me nourrir moi-même

Et la porte se rabat
Afin que je descende
Rencontrer ces représentants d’affaire

À l’heure du coucher
De nouveaux coups résonnent
On vient me dire ce qu’il en fût
De cette journée
Et ce qu’il en sera demain

Demain matin, je serai à votre porte
Comme d’habitude
Vous rappelez ce qui est dû
Pour la journée qu’on nommera aujourd’hui
À demain

À demain ma chère

Le repos est une denrée précieuse
Offerte à mon intention
Des objets qui comblent ma conscience
Sur ce socle ajusté
Mes rêves reposent

Les tourments s’enfouissent
L’illusion s’élève
En berne, son royaume dressé

Ma gardienne veille
Et nulle pensée ne m’incombe
Je dors enfin

underwords.neocities underwords.neocities